AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

.when harry met sally; ft. jongsu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


my fabulous name is



avatar

wanna see more?

MessageSujet: .when harry met sally; ft. jongsu. Sam 18 Juin - 12:32


Je me suis longtemps demandé, pourquoi est-ce que chacun de mes matins sont aussi pénibles. Une profonde odeur d’alcool semblait se camoufler dans l’air, comme si l’on venait de verser des litres de vodka sur les différents tapis d’indes, tapissant le sol en marbre du très grand appartement privé d’un quelconque jet-setters y ayant donné une fête la veille. Parmi cette masse de corps puants, tous endormis aux quatre coins d’un décors Indien, j’apercevais mes magnifiques -et presque authentiques- tallons aiguilles Dior. Non, je ne suis pas une simple shopaholic dévergondée et alcoolique. Juste une jeune femme dans le vent qui tente avec tant de bien que de mal de survivre dans ce monde post-apocalyptique. Ma philosophie parfois trop entrainante, m’empêcha de prononcer ne serait-ce qu’un seul et unique petit commentaire sur l’endroit où j’étais. Ma vue était brouillée, mon cerveau lessivé par l’alcool et la drogue, de plus je ne me sentais vraiment pas capable d’ouvrir la bouche. Mes yeux se posèrent sur ma montre. Deux heures cinquante trois du matin. Effectivement, le temps était contre moi. Je me suis levée lentement avec le peu de forces qu’il me restait, tentant de retrouver un équilibre incertain. Je remis mes fameuses chaussures sur mes pieds nus et me passant une main dans les cheveux, je me suis dirigée dignement vers la porte d’entrée, pour pouvoir enfin m’enfuir de cet univers morbide de fils à papa pleins de drogue.

Les rues étaient sombres, mais la nuit était lourde et une chaleur envahissante me pris lorsque j’ouvris à la volée la porte du grand hall d’entrée. Ma courte robe vintage semblait s’être battue contre son ombre, et j’avais perdue mes boucles d’oreilles. Pas de sac à main, rien, je devrais rentrer à pied. Je n’allais pas recommencer à faire des Taxis-Basket, alors avec le peu de courage qu’il me restais je me suis dirigée droit devant, espérant retrouver ma maison avant le lever du jour.

Mais voilà, à l’heure actuelle ou je vous parle, je suis face à une magnifique voiture de luxe, m’étant familière. Cette voiture qui avait faillit m’écraser, jadis. Une voiture qui avait au volant un homme des plus détestable à mes yeux. Mon regard divaguait vers la voiture tandis que mes doigts en effleuraient le capot. Ce n’est pas comme si c’était totalement de ma faute! J’ai bu et je suis d’humeur rose, alors lorsque j’ai vu qu’il n’y avait personne à l’intérieur, ben… c’est partit. Je ne suis presque pas folle, je vous l’assure, et puis vous savez, on dit que l’alcool modifie le comportement des gens. Je vous avouerai qu’il y a aussi une part de fierté dans ce que je pense faire. Mais aussi une part de stupidité. Mais s’était trop tard, mon pied se dirigeait à une vitesse impressionnante dans le pare-choc. Ma Dior droite vint entrer en collision avec la voiture. Mais malgré mon effort surhumain, ma chaussure en obtint une rayure et la voiture n’eu rien d’autre qu’un simple petit bruit sourd.

« MAIS MERDE! » m’écriai-je en toute excessivité. Ma voix stridente mais cassée vint résonner dans la petite ruelle. « ESPECE D‘ENFOIRE! C’EST DE TA FAUTE SI ELLE EST RAYEE! » m’exclamai-je en lançant un regard triste à ma si jolie chaussure. Non, je ne suis pas aussi excessive en temps normal, mais comprenez, en dessous de la rayure ça fait mal. Et puis, qui à dit que j’étais le genre de personne à assumer ses actes? Bon, oui je les assumes, mais ce soir je n’en avais vraiment pas envie. De plus le mal de crâne était de plus en fort et j’avais de plus en plus chaud, ce qui joua sur mes nerves.

Je reculai d’un pas en arrière, tentant de garder l’équilibre. Pointant mon doigt vers la voiture je continuai mon spitch «  Sérieusement, c’est quoi ton problème? Ca y’est tu es mécontent! Tu veux peut-être un thé? Non? » Je marquai une courte pause, reprenant mon souffle sous le feu de l’action, « Et bien sache, Monsieur Voiture-de-luxe, que tu ne me fais pas peur. Je suis invincible, moi! » ai-je conclu. A vrai dire, ce n’était pas une question de peur, mais de fierté dans le cas présent. Je lançai un regard hautin à la voiture tout en me retournant. Qui sait, peut-être que je me suis retournée trop vite. Ou serait-ce la faute à l’alcool? Erreur de gravité ou pas, ma vue devint floue et je sentis comme un poids qui me tombais dessus. Bizarrement j’avais perdue tout contrôle de mes membres et lentement je m’effondrais à terre, n’entendant plus que je bruit des coups de marteaux qui résonnaient dans ma tête. Je plongeais dans une chaleur impressionnante, tombant dans un profond coma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is


the handsome admin;
da turtle king.

avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: .when harry met sally; ft. jongsu. Mar 28 Juin - 13:23

    Ne pas les prendre pour ce qu'ils ne sont pas. A vrai dire vu le boulot que je fais et quand je vois ce que certaines font. Je ne peux que me dire ca. Ils le sont plus ou moins toute sous l'effet de l'alcool ou même de la drogue. Je sais de quoi je parle. La drogue fait des ravages. On peut être quelqu'un de bien étant sobre, une fois la sobriété passé, tout change. Nous ne sommes plus maitre de nous. Actes et paroles différent et peuvent être complétement à l'opposé. Alors filles ou pas qu'on arrête de me dire qu'une fois dans un état second les hommes aussi bien que les femmes ne sont pas faciles. Faciles à rouler, duper, voler et leur faire faire toute choses qu'il n'accepteraient jamais en temps normal. Ils sont tous … des dévergondés, débauchés, sans aucun respect de soi. Et dire que j'étais ainsi fut un temps. Je m'efforçais de servir des verres d'alcool aussi forts les uns que les autres à des gens qui ne tenaient déjà pas debout. La fumée des cigarettes embaumait la salle et mes vêtements. Choses qui e déplaisait au plus haut point. J'aimais être propre, classe, sentir bon; Ne pas être comme eux en fin de soirée du moins. Tous me tapaient sur le système. Je connaissais la plupart d'entre eux étant à la Fac ou bien des voisins ou encore amis ou simples connaissances. Je les aimais bien, je les aimais bien sobres. Tous pleins aux as. Des riches ou aisés comme vous le voulez. Avec leur voiture garée en sous sol à coté de la mienne. Certes niveau financier je suis comme eux, même si je travailles je vis très bien sans boulot. La soirée pour moi était presque finie. C'est vers le sous-sol que je me dirigeai.

    Le lendemain, ou plutôt vu l'heure le jour même j'avais un examen. Et mon patron dans sa bonté m'avait laissé partir plutôt. Enfin dans sa bonté … Vu dans l'état qu'il était lui aussi, il ne pouvait pas refuser. Je passais aux casiers des employés assez luxueux, plus des dressing room que des casiers à mon avis, pour récupérer mes clés de voiture et ma veste. Plus je descendais dans le parking plus le silence se faisait. Ce n'était pas plus mal. Appuyant sur un des boutons de ma clé de voiture un petit bruit aigüe raisonna dans le sous sol silencieux. J'ouvrai la porte arrière de ma voiture de luxe pour y déposer ma veste délicatement pour ne pas l'abimer. Je montai ensuite à l'avant pour aller chez moi. Mais pourquoi retourner chez moi ? Pour me reposer ? Je ne dormais quasiment jamais. Pour réviser ? Relire serait plus le mot. Puis toute ces odeurs de vomis, alcool et cigarettes me titiller les nerfs. J'insérai alors ma clé dans le contact et démarrai la voiture qui lâcha un grondement des plus impressionnants. C'est alors que je m'engageai sur la pente pour sortir du sous-sol et rentrer chez moi.

    Dehors les lampadaires éclairaient le noir de ma voiture. Les rues étaient calmes, pas un chat qui rodait. Musique assée forte je roulais plus vite que la vitesse autorisée. Je savais où se situaient les radars fixes, si ils étaient mobiles les policiers ne me suivraient pas et ne prendraient pas en compte mon infraction, vu l'heure qu'il était il ne fallait pas trop leur en demander.

    Je roulais donc quand tout à coup une jeune fille se trouvait u milieu de la route. Elle ne paraissait pas tellement sobre elle non plus. Je freinai à ras de ses genoux. Elle ne me paraissait pas étrangère. Je la connaissais, c'était sûr. Elle posa la main sur mon capot comme pour se retenir de tomber et envoya un coup de pied dans le pare choc comme pour me signaler de faire attention. Je ne m'inquiétais pas pour la voiture, elle était solide, je me faisais plus de soucis pour sa cheville, ce n'a pas dû lui faire du bien à cette jeune fille. Elle vociférait des paroles que je ne m'efforçais pas de comprendre étant donné son état. Je retroussais mes manches, j'avais un peu chaud, et éteignais le contact de la voiture grondante. La fille reculait tout en me pointant du doigt. Elle reculait, parlait toujours et se retourna pour enfin s'écrouler sur le sol.

    - Et merde !

    Voilà ce qui sorti de ma bouche. La voir tomber c'était ce que je redoutais. Si cet événement se produisait je devrait alors m'occuper d'elle, ce qui signifiait l'amener chez moi. Je sortais de la voiture par aller ramasser, oui ramasser c'est le mot, la fille alcoolisée que j'avais déjà failli renversé, mais cette fois là elle était sobre, contrairement à maintenant. Glissant une main sous son cou et l'autre sous ses jambes je la déposai sur la banquette arrière de la voiture, et oui sur ma veste malheureusement, pourvu qu'elle ne vomisse pas me disais-je. Je me sentais ni l'envie de nettoyer ses rejets ni l'envie que ca abime ma voiture. Je continuais donc mon chemin vers chez moi. Elle était dans un petit coma, et vu mon passé je savais gérer ce genre de situation. Jaden lui aussi tombé dans le coma parfois, quand c'était léger, comme c'est le cas pour la fille, la seule solution était d'attendre, une fois réveiller de boire un bon verre de jus de citron, pour bien réveiller et mettre une bonne claque. Tout en roulant je me tournais parfois pour contrôler si elle respirait toujours. Arrivé chez moi j'ouvris la porte de garage électrique et rentrai la voiture. La portant dans mes bras comme avant j'allais la déposer dans mon lit pour qu'elle se repose. Je la glissai donc sous la couette et la recouvrai avec cette dernière. Dans ma chambre se trouvait un fauteuil. C'est ainsi que je passerai donc ma nuit à la surveiller, à faire attention que son état de s'empire pas. Je ne dormirai pas, comme d'habitude à vrai dire.

    Quelle idiotie de se mettre dans des états pareil. Je quittais ma chemise et ma montre pour m'enfiler un débardeur. J'étais alors prête à attendre toute la nuit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.when harry met sally; ft. jongsu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INTOUCHABLE ♠ LIAR ; :: ❧ SECTION RP ; SEOUL. :: ◘ quartier daihakro; :: ;résidences :: # kim jong su;-
Sauter vers: