AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

you're just crazy about me; ft. nam thalia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


my fabulous name is



avatar

wanna see more?

MessageSujet: you're just crazy about me; ft. nam thalia. Sam 18 Juin - 20:43


nam thalia and song shiwoo




you can say i'm not attractive, you don't like me, you hate me, but babe i know you're just crazy about me. Cuz i'm the right guy for ya.



L’amour. Ce sentiment, à quoi sert-il précisément ? Est-il réel ou n’est-il qu’une invention de l’homme, comme chacun d’entre nous est capable d’imaginer n’importe quoi ? Avez-vous une réelle preuve de ce qu’il est ? Une chose est bien certaine, il n’est pas matériel, comme toutes ces choses qui peuvent nous rendre heureux ; mais il demande un bon compte en banque, oui. Alors quelque part, ne sert-il pas uniquement aux femmes pour obtenir ce qu’elles désirent et ce qu’elles ne peuvent pas ou n’ont pas envie de s’offrir elle-même ? Sans doute est-ce plutôt ça, alors je ne m’abaisserai pas à si peu. Nous autres, les hommes, ne sommes pas des servants ou des animaux. Nous n’obéissons pas à la première personne venue comme elles pourraient toutes le croire. « Ouais, ça va, t’es belle. Tu veux quoi ? » C’est sans doute ce que je dois sortir le plus souvent à ces femmes qui ne m’intéressent pas et qui sont bien loin d’être mon type. Et généralement, cela termine en un « Allez, casses-toi. Tu fais fuir les sexy gurls. » Subtile ? Tout à fait. Après tout, cela m’importe peu, du moment qu’elle me laisse en paix, je peux bien mal les traiter. Après tout, toutes ces femmes sans goût sont des pertes de temps. D’énormes pertes de temps. Et le temps, c’est de l’argent. C’est sans doute ce que j’ai le mieux retenu de mon enfance, oui. Mais ce sujet ne semble pas être le principal, pas vrai ? Alors, reprenons. Les femmes sont bien intéressantes, oui – enfin, pas toutes, mais une grande majorité, en mettant bien à part celles qui sont mal fichues, celles qui ont de sales têtes ou qui n’ont pas d’argent. C’est vrai, au final, il n’en reste pas tant que ça, et la plupart sont bien souvent prises. Mais après tout, qu’elles soient prises ou non, qu’est-ce que ça change ? La seule chose que j’ai envie venant d’elles, c’est leur corps. Qu’elles soient des têtes ou qu’elles soient totalement idiotes m’importe peu, du moment qu’elles font ça bien une fois en privé. Avoir leurs mecs sur le dos ? Comme si j’en avais peur. Une bagarre ? Et alors ? Ça ne me fera pas reculer non plus. Lorsque j’ai une cible, je la garde jusqu’au moment où elle passe dans mon lit. Plus tard, une fois sortie de chez moi, je ferai comme si de rien n’était, comme si je ne les connaissais pas, comme si rien ne s’était jamais passé entre nous. Et c’est tout simplement parfait. Ne me collez pas une image de salop, j’aime simplement m’amuser, et c’est ainsi que je vis ma vie. Après tout, j’ai tout mon temps avant de trouver quelqu’un si j’en ai réellement envie. Même si depuis quelques temps, il y a bien cette femme… Enfin, non, oubliez, faites comme si je n’avais rien dit. Après tout, on s’en fiche, ce n’est pas une histoire de vie ou de mort.
La fin de semaine n’est pas synonyme de repos chez moi, mais plutôt de fête. Sans jamais nous arrêter, bien évidemment, et avec des coups, par-ci, par-là. Si je connais le nom de celles qui rendent visite à mon lit ? Qu’est-ce que ça m’apporterait de les savoir ? Ça en ferait bien trop, et je n’ai pas que ça à faire. Ramasser leurs numéros, leurs noms. Vous croyez peut-être que j’ai envie de les revoir ? N’allez pas trop loin, je ne suis pas comme ça. Mis à part quelques bonnes exceptions. Enfin, bonnes… Très bonnes, plutôt. Autrement, j’irais bien voir ailleurs plus souvent. Mais retrouver ces dernières est un vrai régale. Certes, l’entente entre elles et moi est bien souvent tendue en-dehors de la profonde intimité, mais franchement, qu’est-ce qu’on peut s’en ficher. Revenons-en au fait. Ce soir allait être une bonne soirée. L’alcool et les femmes à guise. Que demander de plus lorsque l’on est un homme comme moi ? Je m’y voyais déjà, à draguer de nombreuses femmes pour finalement n’en ramener qu’une, mais la meilleure d’entre toutes. La plus belle, celle qui me promettait la meilleure nuit de ma vie. Certes, peut-être un peu exagéré tout de même, mais ne sait-on jamais. Draguer est un art, et on ne débarque pas auprès d’une femme avec un simple « hey gurl, mon lit et moi t’attendons, on n’aime pas être seuls. » Oh, non. A part, bien sûr, si vous comptez vous prendre la plus grosse honte de votre vie, mais cela n’est malheureusement pas mon cas.
« Let’s party tonight ! » Se rendre intéressant ? Non, pourquoi le ferai-je ? Je le suis assez sans faire mon show. Une fois à l’intérieur de la boîte et avoir salué un grand nombre de personnes, et majoritairement des mecs d’environ mon âge, c’était direction le bar, et assez rapidement. Vip, sans doute, et ce grâce à mes parents, oui. Et surtout à tout l’argent que possède ma famille grâce à mon père ; et quelques fois, j’ai presque envie de le remercier, mais je ne le ferai pas. Trop souvent absent auparavant, et aujourd’hui encore. Une fois la commande de ma fabulous vodka passée, comme à mon habitude des débuts de soirées – et peut-être changerai-je au cours de la fête –, j’observais un peu tout le monde dans la salle, du dance floor aux tables plus enfoncée. Je reconnus bien rapidement cette femme, à qui je n’avais malheureusement jamais parlé ; et peut-être était-ce parce qu’elle me plaisait un peu plus que toutes les autres. « C’est ce soir ou jamais. » Et j’étais gonflé à bloc, sûr de moi. Ce soir, j’allais l’aborder comme je le pourrai. Je pris mon verre et me dirigeais vers sa table où elle semblait être seule. Qu’allais-je faire ? Et bien, tout simplement, m’inviter à ses côtés. Et j’étais certain qu’elle n’allait pas me repousser ; j’étais bien trop beau pour ça. La regardant un instant, quelque peu amusé, je pris finalement la parole, la reluquant de haut en bas. « Tu dois être nouvelle pour ne pas savoir qu’il ne faut pas sortir seule ici. » Mauvaise technique, oui. Mais c’était sorti si rapidement que je n’avais pas pu le retenir. Bon, et bien, il ne me resterait plus qu’à rattraper le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is



avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: you're just crazy about me; ft. nam thalia. Sam 18 Juin - 22:48


Le bonheur a toujours été un but à atteindre pour moi, je sais pertinemment que je n’arriverai sûrement jamais à être comblée, à être heureuse, je compte sur mes rêves pour me procurer ce sentiment, mais je doute qu’ils soient suffisants pour le faire. Être créatrice de mode, arriver à faire ce métier, et être reconnue pour mes talents, rencontrer d’autres créateurs très connus, me comblerait sûrement de bonheur, enfin je crois. Sauf que depuis que j’ai eu cette discussion assez sérieuse avec la femme qui me sert de mère, je ne sais plus vraiment quoi penser, c’est fou ce qu’une mère peut facilement arriver à déstabiliser son enfant, elle depuis longtemps été pour moi, un exemple à suivre, quelqu’un que je voulais être, enfin cette admiration que j’avais pour elle a disparue avec le temps, mais elle influe encore un peu sur mes décisions et les choix que je me dois de faire dans la vie, et donc revenons à la discussion. D’après elle, le fait qu’elle réalise son rêve pour devenir journaliste, l’a rendue heureuse, mais ce n’était qu’un bonheur temporaire, elle sentait qu’il lui manquait encore quelque chose, et c’est en se mariant avec mon père et en donnant naissance à un enfant, qu’elle s’est rendue compte que le vraie bonheur c’était l’amour, que ce soit l’amour qu’elle porte à mon père ou qu’elle me porte, c’est ce qui l’a rendue complète. En l’entendant dire ça, je fis mon rire moqueur légendaire, un peu comme si je méprisais ses paroles, comme si je n’étais pas d’accord. Mais je sais qu’au fond de moi, les mères ont toujours raison, surtout la mienne, rien ne lui échappe, elle me faisait peur à un moment. Et donc, peut-être ai-je vraiment besoin de quelqu’un à mes côtés ? Quelqu’un que je pourrai aimer ? Peut-être suis-je incapable de vivre seule sans vraiment aimer, de toujours jouer avec le cœur des autres ? Tout cela me mènera-t-il vraiment à quelque chose ? C’est vrai, quand je serai vieille et toute ridée, je ne serai plus en mesure de jouer avec le cœur de qui que ce soit, je serai bien trop laide pour ça, mon corps sera tout flasque, et je ne servirai plus à rien, certaines personnes, enfin celles qui ont pu trouver l’amour, restent unis malgré les méfaits que peut avoir le temps sur notre corps, un peu comme s’ils ne voyaient que l’âme de leur partenaire, et que leurs corps importaient peu. J’aurai bien aimé vivre ça, mais ça ne s’intéresse pas, de toute façon, je ne crois pas à tout ça. Il faut juste que je profite tant que je suis encore jeune, et que je peux toujours jouer avec qui je veux et quand je le veux. Sans qu’il n’y ait de sentiments, de toute façon, dès que je sens que je vais craquer pour quelqu’un, je m’en éloigne tout simplement, pour éviter de faire souffrir mon cœur une nouvelle fois. Parce que oui, j’ai déjà été déçue une fois, et ça m’a bien servi de leçon, je ne referai plus la même erreur. L’amour c’est un peu comme une rose, une belle rose rouge, attirante, qui peut nous rendre euphorique, mais il suffit juste de l’effleurer pour se blesser, à cause de ses épines tranchantes. Je préfère faire partie de ceux qui n’y touche pas, qui préfère la regarder de loin et l’admirer, sans y toucher, c’est juste trop risqué. Pourtant il y’a bien cet homme, un vrai danger sur pattes à mes yeux, je sens qu’il est spécial, pas comme les autres, enfin j’éprouve une attirance assez intense pour lui, et c’est juste effrayant, je lui ai pas encore adressé la parole, et c’est bien mieux comme ça. J’espère juste qu’il ne viendra pas me parler, parce que je risque bien de craquer pour lui, si je le fréquente, et ça je n’y tiens pas vraiment, je dois donc juste l’éviter, j’espère vraiment qu’il ne sera pas au night club ce soir, comme ça, je m’amuserai tranquillement, sans avoir à le suivre du regard.

Ma vie de fille sans cœur, me va parfaitement, et je n’ai pas besoin de quelqu’un à aimer pour la gâcher. Et puis de toute façon, je ne céderai pas, qu’il soit là ou pas, je m’en fiche, je m’amuserai quand même, et je n’hésiterai pas à me montrer froide voire même glaciale si jamais il vient me parler. Vous me trouvez bizarre n’est-ce pas ? eh bien oui peut-être, mais moi au moins, je protège au maximum mon petit cœur des chagrins d’amour, parce que ça fait souffrir, et qu’il vaut mieux s’amuser et ne rien prendre au sérieux, flirter avec celui là, et puis passer à l’autre, j’aime les blesser, les trahir, leur poser des lapins, les faire poireauter, c’est un peu comme une revanche pour moi, je leur fais subir, tout ce que je n’ai pas pu faire subir à ce garçon dont j’étais éperdument amoureuse, et qui n’a fait que me tromper, depuis le début. Je le déteste, je le hais maintenant, je le vois dans tous ces hommes que je rencontre. De toute façon, j’aurai dû m’en douter, mon père aussi trompait ma mère, même avant que je naisse, et après elle ose me dire qu’il a contribué à son bonheur, elle voulait dire malheur plutôt, pourquoi ne peut-elle s’empêcher de me mentir ? Enfin, je ne peux pas vraiment la critiquer pour ça, je suis moi-même une grande menteuse, je cache bien mes sentiments, on ne peut jamais deviner ce que je ressens et c’est bien mieux comme ça. Montrer mes émotions, c’est un peu comme me dénuder, je ne vois pas à quoi cela servirait de le faire, les gens s’en foutent vraiment de nous après tout, ils sont juste hypocrites, ils font semblant de s’intéresser, un peu comme s’ils se souciaient de ce qu’on ressent, ils nous demandent ce qui ne va pas, nous consolent, mais ils ne font ça généralement que pour se rapprocher de nous, et pour nous utiliser à leur tour comme réconfort quand ils ne vont pas bien, rien de ce que nous êtres humains faisons n’est gratuit, on attend toujours quelque chose en retour, c’est bien triste oui, mais c’est la réalité de la vie. Une réalité que j’ai dû affronter assez tôt, j’ai donc dû faire mon choix, m’intégrer dans cette vie, dans cette société, ou m’y perdre à jamais, j’ai bien sûr choisis la première option, et pour s’intégrer, il faut faire comme tout le monde, être faux, mentir pour faire plaisir, mais aussi pour se faire plaisir.

En parlant de plaisir, ce soir, j’avais décidé d’aller au night club toute seule, sans amies, je n’ai pas besoin d’elles pour m’amuser, et elles m’ennuient avec leurs histoires de gossip. Je veux de l’action, parler, ça ne m’intéresse pas. J’étais donc assise bien au fond, à regarder les gens danser. Le night club était rempli de monde, un peu comme à son habitude, il y’avait donc plus de proies pour moi, et c’est tant mieux. Je fis quelques clins d’œil assez discrets à quelques beaux mâles. Je fus ensuite interrompu par la venue d’un jeune homme, celui que je ne voulais pas voir. Enfin si, j’ai envie de le voir, mais il représente un danger pour moi. « Tu dois être nouvelle pour ne pas savoir qu’il ne faut pas sortir seule ici. » Nouvelle ? Il se prend pour qui celui là. Je le fixais d’un air hautain, j’esquissai un sourire discret mais narquois tout en répliquant. « Et qui te dis que je suis seule ? Et puis pour qui tu te prends à venir me parler de cette façon ? Je ne suis pas nouvelle. » J’avais hâte de connaître sa réponse, quelque chose chez lui m’amusait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is



avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: you're just crazy about me; ft. nam thalia. Dim 19 Juin - 2:15

J’observais le moindre de ses traits, sans aucune discrétion. Elle était sublime, semblait même parfaite à chaque recoin. Je ne m’attendais pas à quelque chose de très recherché, ou encore qui méritait la moindre réflexion de ma part en tant que réponse aux paroles que je venais de lui adresser ; et je fus agréablement surpris par ce qu’elle me répondit. Pour qui est-ce que je me prenais ? Je n’avais pas besoin de me prendre pour quelqu’un d’autre que moi-même pour impressionner et être supérieur ; il suffisait juste de certaines paroles et certains gestes. Et puis, c’est vrai ; qui me disait qu’elle était seule ? Je ne savais pas trop, sans doute avais-je trouvé cela comme excuse pour lui adresser la parole un court instant. Mais il fallait que je réponde, autrement, elle me prendrait sans doute pour l’un de ces clowns sans aucune personnalité que l’on emballe comme on en a envie. A croire que leur corps est totalement vide, qu’aucune âme ne s’y trouve. Ces personnes sont rarement intéressantes, et bien à mon contraire ; j’espère que vous vous en doutiez. « Sans doute ces places vides. Ou ton visage qui montre de loin que tu n’as personne pour te tenir compagnie. C’est dommage, une femme comme toi. » J’haussais un sourcil. Qu’est-ce qui me prenait à dire des choses pareilles ? Je ne savais pas trop, mais ma personnalité habituelle semblait s’en aller tout à coup. Mauvaise idée, pas à ce moment-là. Il fallait que je me reprenne avant tout. Et pour cela, rattraper mes paroles étaient incontournable. « Une femme comme toi ne doit pas avoir de grandes chances avec les hommes ; je me trompe ? C’est sans doute ce qui doit expliquer ton verre vide. » Je la fixais, sans pour autant montrer un quelconque amusement qu’autrement, je n’aurais pas pu retenir. C’est mauvais de mentir, oui, mais ce n’est pas si grave dans un mauvais comme celui-là, pas vrai ? Après tout, il n’y aucune question de vie ou de mort. Détournant mon regard vers ma vodka, j’hésitais bien à lui proposer un verre ; mais je me disais que c’était trop tôt. Beaucoup trop tôt encore. Cela n’aurait à peine pas fait remarquer une attirance plus forte que simplement sexuelle. Tout du moins, c’est ce que j’en pense. J’en profitais donc simplement pour la déguster, lentement, mettant à plus tard mon idée d’offre, avec quelques autres encore. Je n’allais tout de même pas en rester là, qu’aviez-vous cru ? J’observais autour de moi, plusieurs fois vers la piste de danse, et pas seulement pour observer les demoiselles qui s’y trouvaient, mais plus en me demandant si l’y emmener serait une bonne idée. A croire que oui. Je n’avais pas l’intention de me présenter tout de suite, et je me disais même que le faire là-bas ne serait pas une mauvaise idée ; et ce fut ma conclusion concernant ce sujet. « J’espère que tu aimes danser, parce que je ne compte pas rester sur ce banc toute la soirée. » Sourire narquois. Oui. C’était assez marrant ; et j’avais tout autant été rapide à faire cette sorte d’invitation sur la piste de danse. Je me levais et la fixais un instant. « Alors, t’as peut-être peur de toute cette chaleur ? » Je devenais nul, et je le savais très bien. Mais cela continuait à m’amuser, encore et encore. Mais finalement, au lieu de lui prendre le poignet ou même la main pour la tirer sur la piste, je me rassis. Oui, je m’étais rendu compte que d’un coup, ça avait peut-être réellement été trop rapide ; et sans doute allait-elle vraiment me prendre pour l’un de ces idiots qui ne valent pas même deux sous. Et il faudrait encore que je lui prouve le contraire.
J’étais en train de me demander si je ne me fichais pas une totale honte tout d’un coup. L’inviter à danser, en quelque sorte, me lever, pour finalement me rasseoir ; n’était-ce pas plutôt la réaction d’un loser ? Oh, malheureusement, j’en avais fortement l’impression. Et qu’aurais-je pu faire à présent que ces actes s’étaient passés ? Le rattrapage, encore une fois. Mais en tentant de me rattraper sans arrêt, je risquais de m’enfoncer encore plus. Quel dilemme ; que devais-je faire ? Est-ce qu’elle me rendait nerveux ? Oh non, ça, elle n’en avait pas le droit. Et le pouvait encore moins. Enfin, c’est plutôt ce que je croyais. Moi, Ô Grand Coureur de Jupons, déstabilisé pour une telle femme ? Elle devait sans doute être une sorte de sirène et m’avoir envouté sans même avoir usé de son chant, par sa simple beauté. Partirai-je peut-être dans la poésie ? Mauvaise, très mauvaise réaction. Je ne cessais de me dire tout un tas de choses : m’enfuir, me rattraper ou tout simplement me taire. Et finalement, la troisième solution semblait être la meilleure des trois pour le moment présent. Cela permettait après tout d’en faire deux sur celles-ci. Oui, c’était aussi une manière de se rattraper, en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is



avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: you're just crazy about me; ft. nam thalia. Ven 24 Juin - 20:22


Cacher mes sentiments, est sûrement l’une des choses dans lesquelles j’excelle le plus. C’est tellement facile pour moi de faire ma dure, de faire croire que je ne ressens rien, que je ne suis capable d’éprouver aucune pitié, aucune émotion. Je sais par contre me moquer des jeunes hommes qui s’aventurent à vouloir me draguer, je peux paraître assez intimidante quand je le veux, et ça ne me déplais pas du tout de mettre certains hommes dans tous leurs états. En temps normal, si je me fais aborder de cette façon par quelqu’un, je me débrouille pour qu’il me lâche, ou sinon je l’humilie devant tout le monde. Mais avec ce jeune homme en face de moi, je n’avais qu’une envie l’écouter parler, et surtout en gardant toujours mon air un peu hautain, j’avais cette impression que quoiqu’il dise, ses paroles allaient m’intéresser. C’est hypnotisant en quelque sorte, il est hypnotisant. C’est bien ce que je disais, un vrai danger pour ma survie en tant que femme indépendante, capable de vivre sans avoir de vie amoureuse stable, mais peut-être que si je le mets dans mon lit, le lendemain, il ne m’intéressera plus autant ? Hm, non c’est trop risqué. Et si le contraire arrivait ? Je ferais quoi alors ? Je vais sûrement en souffrir, donc pour l’instant, je me contente de m’amuser, de répondre froidement, peut-être que j’arriverai à lui faire croire que je ne suis pas du tout intéressée. Oui, il ne faut pas leur donner trop d’espoirs, de toute façon, dès qu’ils voient qu’une femme ne peut pas finir dans leur lit, il laisse tomber, et s’en cherche une autre, de toute façon, des femelles en chaleur, il y’en a beaucoup, alors il finira bien par aller voir ailleurs, ce qui m’arrangerait vraiment beaucoup. Dans le sens où, je ne m’attacherai pas à lui, et donc je pourrai continuer à vivre ma vie de célibataire tranquillement. « Sans doute ces places vides. Ou ton visage qui montre de loin que tu n’as personne pour te tenir compagnie. C’est dommage, une femme comme toi. » Mon sourire narquois s’est un peu élargie après ces paroles, ce jeune homme est.. Imprévisible. A voir la façon avec laquelle il m’avait abordé, j’ai tout de suite pensé qu’il était le genre à vouloir rabaisser ses proies pour les avoir, mais en fait non, il vient de me complimenter de façon assez étrange, on va dire pathétiquement ringarde. Je l’ai un peu trop surestimé. Juste au moment où j’allais répliquer pour me défendre, et l’impressionner un peu, pour qu’il parte. Il se décida à répliquer une nouvelle fois. « Une femme comme toi ne doit pas avoir de grandes chances avec les hommes ; je me trompe ? C’est sans doute ce qui doit expliquer ton verre vide. » Oh mon dieu, c’est sûr, j’ai craqué pour un fou.

Non mais franchement, c’est du jamais vu, comment peut-on complimenter sa proie et la rabaisser ensuite sans aucune raison ? Il ne doit sûrement pas raisonner comme n’importe quelle personne normalement constituée. J’arquai un sourcil, je ne savais pas vraiment comment réagir ? Devrais-je me sentir insultée ? ou flattée ? Je n’en savais trop rien, mais je dois avouer que ça m’a un peu énervé. De quoi je me mêle ? ça me regarde si mon verre est vide, et puis moi ? ne pas avoir de grandes chances avec les hommes ? C’est sûr qu’il délire, j’ai beaucoup de succès avec la gente masculine, d’ailleurs il en est la preuve vivante. Pourquoi est ce qu’il perdrait son temps avec une femme laide et repoussante ? Je me mordillais légèrement la lèvre inférieure, puis je le fixai un instant du regard tout en gardant mon air un peu hautain, et un petit sourire en coin. Je réfléchissais à un moyen pour le faire fuir. « J’espère que tu aimes danser, parce que je ne compte pas rester sur ce banc toute la soirée. » Une invitation à venir danser avec lui ? Mais oui, si je danse mal, ça le fera fuir. Oui mais non, je ne tiens pas à me faire humilier devant tout le monde rien que pour ses beaux yeux. Le jeune homme finit par se lever, on dirait presque qu’il voulait me défier, cette situation devenait pathétique, agréablement pathétique ? Mon dieu, sa folie est contagieuse. « Alors, t’as peut-être peur de toute cette chaleur ? » Moi ? peur ? Jamais. S’il veut se faire ridiculiser par Thalia dans une piste de danse, eh bien il sera servi. Juste au moment où j’allais me lever pour le rejoindre dans la piste, il se dégonfla, choisissant de s’asseoir. Je le regardai un instant, laissant échappant un rire moqueur assez discret. Puis je le regardai parlant le moins fort possible, histoire de le déstabiliser un peu. Je soupirai donc avant de répliquer « Qu’ai-je bien pu faire pour mériter ça ? » . Je lui fis ensuite un regard assez menaçant, ça lui fera peut-être peur, mais qu’est ce que je m’e n fou, il faut que j’arrive à le faire fuir. « Hm, je vois que tu as peur de te faire ridiculiser sur la piste de danse par une fille. Je te comprends. » Quel lâche quand même, m’inviter à danser et se rasseoir, c’est sûrement l’une des réactions les plus étranges à laquelle j’ai eu à faire en boîte. « Je peux te poser une question. Est-ce que tu es.. fou ? Je veux dire vraiment fou ? » Je répliquais d’un air vraiment sérieux, je voulais lui faire peur avec ma question, je suis sûre qu’il n’osera pas me répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is

; Contenu sponsorisé ❞



wanna see more?

MessageSujet: Re: you're just crazy about me; ft. nam thalia.

Revenir en haut Aller en bas

you're just crazy about me; ft. nam thalia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INTOUCHABLE ♠ LIAR ; :: ❧ SECTION RP ; SEOUL. :: ◘ quartier myeng-dong; :: ;discothèque-
Sauter vers: