AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

+ pain & past . ♛ Kwon Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


my fabulous name is

; Invité ❞

Invité


wanna see more?

MessageSujet: + pain & past . ♛ Kwon Paris Jeu 26 Mai - 9:39

(c) honeywithlove from @tumblr. ;; featuring * heo ga yoon.

this is kwon paris;
La Faiblesse oblige la force,
comme la trahison engendre le sang...

✎ what else ? let's talk about myself.
hey, hellow people ! je suis nouveau ici, je vais donc me présenter rapidement si vous le voulez bien, hm... mon nom complet est donc . avec ça, vous vous doutez sans aucun doute que je suis de nationalité . je suis aussi, dans le commun des mortels mais avant tout sur mes papiers d'identités, identifié comme étant un être humain de sexe ... oui, tout à fait ! comment ça c'est surprenant ? enfin, bref, je suis né le dans une jolie ville qui porte le nom de aux ... oh! j'ai donc , mais je vois que j'ai des petits pros de mathématiques, he ! enfin, j'avais dit d'être bref; je suis financièrement et malheureusement ... enfin, pour terminer en beauté, je suis une ! je rêve de devenir ... ah. oui, je suis ne suis pas quelqu'un de banal ! hm, hm ! p.s : je dois avouer que je suis... et que je fais parti de la grande tribue des ! oui, car

✉ oh, god ! you've got mail.
Légèrement lunatique sur les bords elle peut être un adorable agneau une seconde pour devenir la plus des belles garces ensuite. Manipulatrice à souhait, il est presque impossible de savoir quand elle joue avec vous ou non. Joueuse sur les bords, elle ne rate jamais l’occasion de gagner un défi, un pari ou même un quelconque jeu sportif. Rabaisser les autres est pour elle un passe temps, une lubie dans laquelle elle excelle. Elle déteste d’ailleurs par-dessus tout d’être contredis, humiliée ou que l’on ose la critiquer. Mieux vaut ne pas se la mettre à dos, il vaut mieux être hypocrite avec elle et feindre d’être son amie que de lui dire ouvertement ce que vous pensez d’elle. On y perd toujours à se mettre la demoiselle tyrannique à dos. Mieux vaut l’éviter à vrai dire que de lui mentir, non seulement elle possède un don indéniable pour mentir à quiconque mais elle a un sixième sens pour discerner le vrai du faux dans les paroles d’autrui. Et s’il y a bien une chose qu’elle déteste par-dessus tout c’est qu’on lui mente. Derrière toute cette façade arrogante, machiavélique et froide se cache une personnalité légèrement plus abordable et agréable. Il y a très peu de personne auquel Calypso tient, mais ces derniers sont tout pour elle. Elle arracherait de ses ongles parfaitement manucurés la tête de tous ceux qui oseraient leur faire du mal. Protectrice à la vie à la mort, pire que de s’attaquer à elle, attaquez-vous à l’un de ses amis et vous signerez votre arrêt de mort immédiat. La seule chose que Calypso fait de mieux que le mensonge c’est la vengeance. Dotée tout de même de qualité non négligeable, la belle est une sportive innée. Elle court chaque matin et chaque soirée cinq kilomètres pour entretenir son corps de mannequin et par plaisir. Et en parlant de plaisir ce que Calypso préfère au monde c’est bien le sexe. Elle prétend d’ailleurs n’avoir couché qu’avec la crème de la crème et d’avoir eut une fois une expérience avec le sexe féminin qu’elle n’a pas franchement apprécié. Si vous voulez lui faire plaisir faites la regarder un film d’horreur ou un bon vieux disney tout en lui offrant une glace ben & jerry’s ou du chocolat au lait fourré à la noisette, succès garanti..

« Maman maman ! Lis-moi l’histoire de la fille aux longs cheveux blonds !
-Raiponce ma chérie, Raiponce… »

Raiponce. J’avais entendu cette histoire tellement de fois que je ne me comparais même pas à elle. Pourtant, il y a une ressemblance plutôt flagrante entre cette jeune princesse et a petite fille gâtée que j’étais. Je suis restée enfermée pendant toute ma tendre enfance dans le grand manoir de mes parents, sans en sortir une seule fois avant mes quinze ans. Je peux vous dire que le temps paraissait bien long. Enfermée entre quatre murs, mes occupations restaient restreintes. Cours particuliers, lecture, poupées, coloriage, musique. Mais il faut dire qu’avant mes onze ans, je ne me posais aucunes questions et aimait cette vie-là. Je ne m’ennuyais jamais. J’avais toujours un thé à servir ou un film à regarder. Et la musique occupait une grande partie de mon temps. Devant un piano, je m’imaginais la mer, le sable chaud sous mes pieds et des oiseaux multicolores. Ma vie était en fait un conte de fée. Un conte où j’étais la princesse gardée bien au chaud pour ne pas voir la cruauté du monde extérieur. D’ailleurs, mes chers parents m’avaient convaincu que dehors se cachaient d’immondes bêtes aux dents acérées, prêtes à tout pour me faire du mal. J’avais peur de sortir, peur de me faire torturer. Oui, je les croyais. Ils étaient les seules personnes dans ma vie, sans compte mon doudou et Stella, ma belle poupée. C’était mes seuls vrais amis. Je pouvais passer des heures à leur parler, leur confier mes petits secrets. D’ailleurs, ils savaient des choses que même mes parents ne savaient pas. Pourtant, cacher des choses à mes parents était pour moi un sacrilège. Vous n’imaginez pas le mal que j’ai ressenti lorsque je leur ai menti à propos de vase en cristal brisé en mil morceaux, à propos et fleurs éparpillée… La liste est bien trop longue pour que je puisse l’écrire en entier. Mais voyez-vous, les petites bêtises étaient pour moi vitale. Enfant unique, mon compagnon de bêtise était mon petit nounours.

« Dis maman, pourquoi je n’ai pas le droit de regarder ce qu’il y a derrière la grande porte ?
-Tu te ferais tuer ma chérie. »

Oui, question idiote. Cette phrase-là, je l’ai entendue des millions et des millions de fois ! Seulement, le jour de mes onze ans, je me rendis compte que quelque chose n’allait pas. Comment pouvait-on me tuer juste en voulant regarder dehors ? Comment les autres faisaient-ils pour vivre dans un monde sans couleurs et empli de cruauté ? Cette histoire me parut soudain étrange. Elle sonnait faux, et bien plus qu’un piano désaccordé. Mais il fallait absolument que je sache si mes soupçons méritaient d’être fondés. Je me suis mise à sacrifier le thé de Monsieur Patate pour en savoir plus. N toutes discrétions, j’ai commencé par passer des heures à regarder par la fenêtre. Il me fallut néanmoins un temps d’adaptation. Regarder le monde extérieur me faisait peur. J’étais effrayée à l’idée de voir surgir un monstre des buissons. Et pourtant, au bout de quelques semaines, je me suis aperçue que tout était différent de ce que me racontaient mes parents. Je n’ai vu aucunes bêtes ignobles, aucuns mort-vivants, aucunes larmes sur les joues des passants… Rien. Juste des sourires, un petit garçon en vélo qui distribuait des journaux, des enfants se partageant des billes, des marchands de glaces, des poussettes et des amoureux heureux. Il n’y avait plus aucuns doutes. Mes parents m’avaient menti. J’étais juste une prisonnière, rien de plus. Je me suis sentis trahie et horriblement triste. Tout mon petit monde de rêve venait de s’écrouler. Tout n’était que mensonges. A partir de cet instant, je décidai d’organiser mon évasion. Il fallait absolument que je sorte pour découvrir le monde extérieur. Mais pour commencer, il fallait que je me renseigne d’avantage. Une nuit, je me suis donc décidée à ouvrir la porte de la salle interdite. Une salle que Papa et Maman m’avait formellement interdit d’y entrer pour une raison que j’avais jusqu’à présent ignoré. Mais dès l’instant où j’ai poussé la porte, j’ai tout de suite compris. Je ne pouvais pas y entrer pour la bonne et simple raison que c’était dans cette pièce qu’ils cachaient les livres, films et autres éléments qui dévoilaient le visage du monde extérieur. Il fallait donc que je regarde tout, absolument tout pour tout savoir et ne pas passer pour une folle aux milieux des autres. J’ai commencé à emprunté un livre, puis deux, et ainsi de suites. Quant aux films, je les prenais moins souvent puisqu’il était beaucoup moins discret de les regarder. J’ai appris beaucoup de choses. Que le monde était vaste et étendu, peuplé de gens tous différents, que les jeunes allaient à l’école, sortaient en amis, que les parents les grondait quand il rentrait trop tard, que les adultes allaient travailler pour gagner de l’argent… Bref. Mon stage de découverte durant quatre longues années. Mais tout ce temps en valu la chandelle, puisqu’à mes quinze ans, je savais tout ce qu’il se passait dans le monde extérieur, y compris les mauvaises choses, comme les meurtres. Mais je n’avais pas peur, bien au contraire. J’étais de plus en plus curieuse.

« Bonne nuit ma chérie, et promets-moi de ne jamais sortir d’ici, je ne veux pas qu’il t’arrive du mal…
-Bonne nuit maman, et ne t’inquiète pas, je te le promets. »

Mensonges, mensonges, mensonges. Le grand soir était arrivé, j’allais enfin sortir de cette maison. Vêtu de mes plus beaux habits, je pris un long manteau et un petit couteau. Sait-on jamais. Lorsque minuit sonna, je suis sortie après m’être assurée que mes parents dormaient paisiblement.
C’était magnifique, encore mieux que dans les films. Les lumières de la ville étaient plus féeriques que les fées de la Belle au bois dormant. A cet instant, je me suis dit que c’était le plus beau jour de toute ma vie. Je me suis fait de vrais amis qui changeaient beaucoup de mes peluches, sans oublier l’extraordinaire bière que j’ai pu boire. A partir de cette nuit-là, je ne suis jamais rentré chez moi. Je passais des moments incroyables avec ma bande d’amis que ce soit dans les bars où dans la rue. Il m’arrivait souvent de me retrouver devant un micro et de chanter, tout comme la danse était devenue une habitude. Au fil des mois, je voyais ma vie fleurir de jour en jour au milieu de mégots et de verres d’alcools. Je croyais réellement que c’était ce que Dieu avait inventé de mieux jusqu’à ce que je fume ma première « cigarette magique » à mes dix-sept ans. Je me sentais libre et heureuse comme jamais. J’ai quitté mon pays natal pour fuir mes parents. Oui, parce qu’il était tellement évidement qu’ils m’avaient menti rien que pour me préserver. La bonne blague. S’ils savaient… Aujourd’hui, j’habite Séoul, oui en Corée du sud. J’exerce le métier de mannequin et bien sûr je continue à sortir et à vivre la vraie vie avec mon passé de « Raiponce » derrière moi. Sauf que le prince charmant n’est pas venue me chercher. D’ailleurs, je n’y crois pas. Récemment, j’ai reçu un lettre à mon domicile, cette dernière m’annoncer que j’avais un demi-frère. Demi-frère qui était à Séoul pour des raisons assez spéciales. Ce dernière était à l’hopital de la ville, dans le coma depuis maintenant presque six ans. On a jamais voulu le débrancher, du moins tout le monde penser qu’il était dans cet état depuis six ans, mais cela fait bien longtemps qu’il s’en est sorti, mais bien sûr, le jeune homme ne tenait pas à informer la famille. J’ai engagé un détective pour le retrouver et il s’avère qu’il habite le même quartier que moi. Bizarrement, je n’ai jamais oser aller lui adresser la parole, après tous, il ne connait peut être pas mon existence…


i got a o-o-ovni;
he is behind the computer!!
boebi;
16 y.o & france;
heo ga yoon
Mh...Mon ancien moi ?.. validé.
7/ 7 & 500 mots.
livejournal.
sa en fait beaucoup de forum pour babo but ils restent tous superbe eoe ♥;


Revenir en haut Aller en bas


my fabulous name is


the dirty perv admin;
da turtle queen.

avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: + pain & past . ♛ Kwon Paris Jeu 26 Mai - 12:39

keke ♥ welcome here bibichouuue ~~ ♥
fightin pour la fiche ♥

& oui, c'est le nombreutième XD ♥


    I was never in love with someone else, I never had somebody waiting on me. Cause you were all of my dreams come true, and I just wish you knew, I was so in love with you.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


my fabulous name is

; Invité ❞

Invité


wanna see more?

MessageSujet: Re: + pain & past . ♛ Kwon Paris Jeu 26 Mai - 17:46

Merci baby' babo ♥.
nombreutième xD ♥
Bon, je file faire mon caractère, sa sera déjà ça de fait au moin (a).
Revenir en haut Aller en bas


my fabulous name is

; Invité ❞

Invité


wanna see more?

MessageSujet: Re: + pain & past . ♛ Kwon Paris Mar 31 Mai - 14:43

Pardon du DP but, j'ai finis.
J'espère que tout convient bien e.e ♥
Revenir en haut Aller en bas


my fabulous name is

; Judas

i'm a crazy pnj; we ♥ me.
i don't give you any chance.

avatar

wanna see more?

MessageSujet: Re: + pain & past . ♛ Kwon Paris Mar 31 Mai - 14:56


hey ! you're validated !

bravo petit babouin des plaines ! tu es validé ! oui, oui, parfaitement ! tu as bien lu ! tu es heureux hein. alors maintenant, tu peux faire une demande de d'habitation ici ... aussi, tu as pu lire l'intrigue et si tu es intéressé pour un quelconque petit pouvoir, tu dois remplir les conditions demandées dans ce topic. enfin, vous pouvez encore devenir professeur si vous en avez les facultés, justement, nous en recherchons quelques uns ! cliquez donc ici. sinon, il vous faudra vous faire recenser si vous êtes élèves ici. vous pouvez encore demander un rp et créer votre fiche de liens dans ce petit coin . enfin, nous allons terminer avec des choses bien plus amusantes, vous trouverez la chatbox, le flood et enfin, si vous avez besoin d'un avatar c'est ici. n'hésitez pas à demander de l'aide dans le topic prévu à cet effet ( ici ). bonne chance sur le forum, et amusez vous comme des petits fous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forever-liar.forumsactifs.com


my fabulous name is

; Contenu sponsorisé ❞



wanna see more?

MessageSujet: Re: + pain & past . ♛ Kwon Paris

Revenir en haut Aller en bas

+ pain & past . ♛ Kwon Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INTOUCHABLE ♠ LIAR ; :: ❧ SECTION PERSONNAGES. :: ▤ hey; passeports, please ! :: ;tu es validé! :: ;mensonge.-
Sauter vers: